Tuamotus

le

Rangiroa le jeudi 02/08/18.

Bon Anniversaire Manon!! Et un peu en avance (nos communications sont très intermittantes) pour Maman.

Quelques uns ont déjà eu qques nouvelles via Whatsapp depuis que nous sommes ici mais on a été un peu fainéants pour écrire plus longuement sur le blog. Et puis malheureusement la tablette qui était bien pratique pour ça (permettait d’écrire et de poster sur le blog dés qu’on avait une connexion internet genre wifi dans un  troquet) a pris un mauvais coup pendant notre navigation depuis Tahiti et n’affiche plus que la moitié de l’écran.

Ca a été une belle navigation mais fatigante puisque face au vent pendant les 3 jours qu’elle a duré. Partis de Papeete mercredi 25/07 en fin d’après midi, on a fait demi-tour au bout d’une heure à cause du GPS qui ne donnait plus de position. Je me voyais mal arriver dans les tuamotus à l’estime. Les iles culminent à qques mètres plus la hauteur des cocotiers et ne se voient donc qu’à 4 ou 5 milles et un cocotier ressemblant beaucoup à un autre cocotier, pas facile de trouver la passe qui fait une centaine de mètres de large. Peu de temps après le demi-tour, le GPS s’est remis à marcher et j’ai aussi pu charger sur mon téléphone une appli donnant latitude et longitude. Ca nous a donné suffisamment confiance pour repartir dans l’autre sens. Au moteur d’abord parce qu’abrités sous le vent de l’ile puis à la voile à partir de la nuit. On a d’abord tiré un long bord vers l’Est, mon idée initiale étant d’atterrir à Fakarava pour gagner le plus possible dans l’Est, ce qui est favorable pour aller plus tard vers les Gambiers ou les Marquises. Assez rapidement je me suis rendu compte que ça allait faire une bien longue étape pour un équipage amarriné par seulement 24 heures de mer entre Tahaa et Tahiti. Et puis Louis qui avait pas mal souffert pendant ce premier transit s’était fait violence pour accepter cette deuxième étape que j’avais « garantie » à pas plus de 72 h. Du coup, cap sur Rangiroa qu’on a atteint sur un bord le samedi matin.

Les guides nautiques mettent en garde sur les conditions pour franchir les passes des atolls des Tuamotus. Chaque atoll est une énorme capacité d’eau (Rangiroa mesure 80 km par 20) enfermée dans le récif et communicant avec l’océan par une ou deux passes de 100 m de large. Malgré le faible marnage (50 cm environ) il y a entre 5 et 10 noeuds de courant dans les passes et, un peu comme dans le raz Blanchard ça brasse pas mal, et si le vent est contraire ça lève une mer pas du tout praticable. Il est donc fortement conseillé d’attendre l’étale pour rentrer. Ce qu’on a fait un tirant un grand bord au large entre 6h du matin et midi. L’entrée dans le lagon a été un vrai émerveillement. On est passé en qques minutes d’une mer bleu sombre et 2 mètres de creux à de l’eau turquoise à peu près plate. Ensuite 1h30 de louvoyage bien sympa pour atteindre le mouillage qques milles au vent. Depuis on n’a pas bougé et on va probablement rester là jusqu’à dimanche puisque Louis reprend l’avion pour Tahiti pour rentrer en France Lundi.

Rangiroa est très réputé pour la plongée sous marine, en particulier dans la passe de Tiputa qui est juste à coté de notre mouillage. Je me suis renseigné dans un club pour faire une plongée en bouteille mais ils me demandent de faire au moins 2 plongées avant de m’enmener dans la passe (plongée dérivante fabuleuse parait-il). Et c’est pas donné. Je vais me contenter de l’apnée. On n’a dailleurs pas besoin d’aller très loin ni très profond pour voir de belles choses. Les requins viennent jusque sous le bateau. On est allés hier en annexe nager dans les coraux près d’un petit ilot (motu) et il y avait une quantité et une variété de poissons incroyables, des murènes, des petits requins.

Nos journées sont essentiellement occupées par la baignade et les aller-retours à terre pour se dégourdir les jambes, faire qques courses de bouffe à l’épicerie ou boire un coup chez Lily en profitant du Wifi (pas performant du tout mais bon, on ne peut pas tout avoir…)

Dans le genre logistique on est allés en annexe se ravitailler en eau hier au village de Tiputa, de l’autre côté de la passe. On ne consomme pas énormément d’eau douce (on a 400 l de réserve à bord) mais on avait bêtement oublié de fermer la vanne de trop plein en remplissant à Tahiti et une bonne partie s’est vidée dans le fond du bateau pendant le voyage. C’est très bien organisé: on achète à la Mairie une carte magnétique qui permet au prix de 10 centimes d’euros le litre de remplir des bidons à la station d’eau municipale à 100 m du quai. Le préposé nous a même prêté son vélo pour fa0  ire les allers et retour entre la station et le quai. Louis a trouvé ça un peu accrobatique de pédaler avec un bidon de 30 litres sur le guidon mais ça nous a fait gagner un peu de temps et de sueur. On a trimbalé comme ça 150 litres. Ca n’a pas suffi à faire le plein, on y retournera dans les prochains jours.

Le pourtour de l’atoll est essentiellement inhabité, à part le Motu situé entre les 2 passes qui s’étend sur environ 10 km et ou vivent les quelques 3000 habitants. On a fait avant hier la ballade à vélo d’un bout à l’autre jusqu’au village d’Avatoru qu’on avait aperçu samedi en empruntant la passe de même nom. Sur le chemin du retour, déjeuner dans un petit resto sur le bord du lagon qui nous a permis de varier un peu de notre menu quotidien. Il est assez difficile ici de trouver des legumes frais ou des fruits. Pratiquement tout est amené de Tahiti par bateau tous les 2 ou 3 jours mais les produits frais ne restent pas longtemps sur les étalages.

En passant à l’aéroport à mi-chemin du retour on a récupéré des masques de plongée que j’avais commandé à Papeete. Depuis notre arrivée ici on avait réussi à en casser 1, en mettre 2 à l’eau et la situation devenait critique.

La suite au prochain épisode.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Joelle Vancampenhout dit :

    Coucou Sophie 😊😘… Zoé et moi venons de lire toutes vos « archives » dans l’ordre chronologique 😄😍 waww… Quelles aventures !! 🤩
    Nous vous embrassons bien forrrrrt… une fois !… 😂😋😘😘 Gros gros bisous de nous tous 😄❤️
    (ici les températures redeviennent supportables…ouff😅… C’est une année de canicule et la sécheresse sévit…)
    À tout bientôt pour la suite de vos aventures 👍😃😋🌴💋💋

    J'aime

  2. Joëlle Vancampenhout dit :

    Coucou Sophie 😊😘… Zoé et moi venons de lire toutes vos « archives » dans l’ordre chronologique 😄😍 waww… Quelles aventures !! 🤩
    Nous vous embrassons bien forrrrrt… une fois !… 😂😋😘😘 Gros gros bisous de nous tous 😄❤️
    (ici les températures redeviennent supportables…ouff😅… C’est une année de canicule et la sécheresse sévit…)
    À tout bientôt pour la suite de vos aventures 👍😃😋🌴💋💋

    J'aime

  3. Ardhuin dit :

    Quelle aventure les amis…on attend de vos nouvelles avec impatiente:-)) bisous à tous

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s