Tahanea – Trop de requins!

Nous sommes en route vers Fakarava (qui est décidément devenu notre base dans les Tuamotus) après une semaine passée dans l’atoll de Tahanea 50 milles plus à l’Est.
On fait un peu marche arrière par rapport à notre route vers les Gambiers mais on doit refaire un plein de bouffe, on attend des bateaux copains qui descendent doucement et puis c’est seulement 50 milles.
Tahanea est un atoll pratiquement désert à part un « garde » qui a une maison près de l’une des passes et qques habitants de Faaité, l’atoll voisin, qui viennent « faire le coprah » (ramasser des cocos pour les vendre à l’huilerie de Tahiti après décorticage et séchage) par intermittence et habitent des
cabanes ça et là sur les motus.
Nous avons mouillé dans les Sud-Est du lagon bien à l’abri d’un vent qui a souffle à à 20-25 noeuds pendant 2 jours. Encore un endroit assez paradisiaque avec une bonne étendue de sable dans 2 à 3 mètres d’eau, des couleurs pas possibles, des « piscines » entre les motus avec une eau vraiment chaude.

Quelques rencontres:
– Eugène, le policier de Faaité en congés ici pour qques jours et qui était venu rejoindre sa famille qui faisait du coprah. Il faut savoir que Faaité a une histoire récente assez lourde: dans les années 90, les pratiques religieuses ont dérapé et plusieurs personnes ont été assassinées au nom de Dieu. Il parait
que c’est suite à cet épisode tragique que des pistes d’atterrissage ont été créées sur pratiquement tous les atolls habités pour les sortir de leur isolement. Et on y a rajouté aussi un peu de force publique.
– Lucas, un jeune allemand de 14 ans qui vit avec ses parents en bateau depuis sa naissance, seul enfant à bord maintenant que sa soeur est partie faire des études en Nouvelle-Zélande, et avait pas mal envie de parler. Il grimpait aux cocotiers comme un singe pour aller nous chercher des cocos. Assez compétent en pêche à la ligne aussi. Ses parents avaient l’air bien sympas mais ils débarquaient
très peu à terre et on n’a malheureusement pas eu l’occasion de sympathiser.
– Louis-Michel, 75 ans, ancien nageur de combat, navigue depuis 38 ans autour du monde. Un peu spécial mais au fond très sympa. Il nous a pas mal conseillé sur la chasse au crabe de cocotiers et on a fini par en prendre 1! On n’était pas peu fiers Jean et moi quand on est rentrés au bateau vers 11h du soir avec notre belle prise! La technique consiste à ouvrir en 2 des cocos, les attacher à
plusieurs endroits à la base d’un cocotier ou d’un arbuste et revenir après 10h du soir voir si les « pièges » ont attiré des crabes. La capture est un peu délicate parce que ces crabes peuvent être très gros (le nôtre était moyen) et peuvent vous casser un doigt si vous vous faites pincer.

On s’est pas mal interrogés sur le mode de vie des équipages de ces 2 bateaux (Louis-Michel et son amie canadienne Valérie et les allemands). Les 2 bateaux étaient
apparemment là depuis plus de 2 mois. Ils n’avaient pas l’air de se connaitre vraiment. Ils passaient la plupart de leur temps à bord. Dans le cas de Louis-Michel, on sait qu’ils passaient pas mal de temps à réaliser des petits objets/bijoux en bois ou coquillage. On leur a acheté des petits dauphins très jolis. Les allemands on ne sait pas.

Seul bémol de cet endroit, la présence de requins en trop grand nombre. Des pointes noires pas très gros mais quand même 1.5 m pour certains. Pas moyen de chasser sous l’eau! Dés qu’ils entendaient la flèche partir ils rappliquaient à 3 ou 4 et restaient là à tourner en attendant qu’on prenne quelque chose. Et pourtant il y avait des mérous sous presque chaque patate. On s’est donc essayés à la pêche à la ligne avec plus ou moins de succès. On a perdu pas mal d’hameçons mais on a quand même
pris un beau mérou qui nous a fait 2 diners.

J’ai pu faire 2 sessions de kite et c’était bien sympa parce que ça n’est pas si souvent.
A part ça, toujours école le matin et l’après-midi baignades, longe-côte, collecte de petites coquilles de bénitiers pour faire des roudoudous au caramel, cuisine souvent pour Julie (Pancakes, gâteau au chocolat…)

On marche bien, 6 à 7 noeuds au petit largue. On devrait être à la passe Sud de Fakarava en fin d’aprem. Les 2 prochains jours vont être consacrés à l’avitaillement.
Nos dernières courses datent de plus de 3 semaines et on commence à manquer à peu près de tout.
Ensuite re-départ vers l’Est à la prochaine fenêtre favorable.

Lucas qui monte au cocotier pour nous décrocher des cocos

Coucher de soleil. Merci Julie.

Et encore !…

 

Les chasseurs de crabes et la belle prise.

Partie de mölki. Admirez le style d’Elise !

Sûrement un de nos plus beaux mouillages

Super spot de baignade !

De retour à Fakarava

 

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Isabelle Lefebvre dit :

    vous avez pas trop de coups de soleil ? Mila.

    J'aime

  2. Jerome vol dit :

    Bonne année 2019 ! Quel plaisir de partager vos aventures sur ce blog. Merci et profitez de cette parenthèse formidable en famille !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s